S’inscrire à notre newsletter

« Il n’y a pas de fin. Il n’y a pas de début. Il n’y a que la passion infinie de la vie. »
Federico Fellini

S’inscrire

Notre dernière newsletter

 

– NEWSLETTER #16 – janvier 2020-

 

##nothumbs##

– Edito – 

 

La blessure d’Europe

« Quant aux industriels, ils s’occupaient d’acier et de fer, de canons et de « Berthas », ils forgeaient les « épées de Siegfried » modernes. Les gros négociants, eux, fabriquaient la camelote bon marché « made in Germany » dont ils inondaient le monde infortuné. Seuls les Juifs allemands, qu’ils fussent médecins, avocats, boutiquiers, propriétaires de grands magasins, artisans ou fabricants, manifestaient de l’intérêt pour les livres, le théâtre, les musées, la musique. »

Joseph Roth, L’autodafé de l’esprit, 1933

En 1933, peu après le premier autodafé perpétré par l’Allemagne hitlérienne, Joseph Roth, exilé en France, écrivit, en français, un long article intitulé « L’autodafé de l’esprit ». Un sentiment de trahison, que ne parviennent à estomper ni la colère ni le chagrin pourtant exprimés, parcourt l’ensemble de ces pages : L’Allemagne s’est détournée de sa culture, c’est-à-dire de son combat véritable. Tel est, selon Roth, le sens de l’antisémitisme dont il est le témoin : la haine de la pensée, la haine donc pour ce qui fonde l’Homme, à rebours des Lumières et du projet kantien. Et cette haine donne son impulsion au projet d’extermination nazi à l’origine de la Seconde Guerre Mondiale. Les éditions Allia ont réédité cet article au printemps dernier…

Faut-il considérer cette réédition comme un rappel visant à réveiller nos consciences ? La même impulsion sous-tend en effet les guerres économiques menées par l’Occident depuis près d’un siècle. Il s’agit d’une perversion, autrement dit d’une déviation du sens. Nous assistons à une défaite de la civilisation, par un détournement du processus historique qui présidait jusqu’alors à notre individuation.

Cet automne 2019, le réalisateur franco-grec, Costa-Gavras qui n’a cessé, à travers ses films, de dénoncer et d’analyser les systèmes dictatoriaux sortait son dernier opus « Adults in the room ». Il y décrit le bras de fer engagé en 2015, entre les institutions européennes (plus précisément, l’euro groupe des ministres des finances européens, les fonctionnaires de la BCI, la commission européenne et le FMI) d’une part et la Grèce d’Aléxis Tsìpras et de Yanis Varoufakis d’autre part. Se saisissant de la crise grecque, il montre comment l’économie et la finance se sont emparées du pouvoir en Europe.

Mais, au fait, pourquoi n’en serait-il pas ainsi ? Pourquoi l’Europe ne saurait-elle se contenter de défendre la croissance et la consommation, sacrifiant pour y parvenir, au besoin, tout un pays ? Qu’est l’Europe au fond de nos cœurs pour que cette main mise nous apparaisse, quelles que soient nos inclinations politiques, plus ou moins comme injuste ?

Le titre du film reprend une phrase de Christine Lagarde, alors Présidente du FMI. « The key emergency, in my view, is to restore a dialogue with adults in the room. »* Le projet européen n’avait pas seulement pour objectif d’éviter au vieux continent les blessures d’une troisième guerre et d’assurer sa prospérité économique. Il avait aussi celui de nous permettre de continuer de croître, non pas en richesses matérielles mais en esprit. De devenir plus mûrs… plus adultes. Et de bâtir des ponts qui surmontent nos différences et recousent la plaie béante causée par notre indifférence. Que nous a-t-il manqué pour que cette ambition  l’emporte sur l’égoïsme et l’aveuglement?

Juste avant la fin de l’année, le réalisateur américain, Terrence Malick, sortait quant à lui « Une vie cachée ». Le scénario, également basé sur des faits historiques, raconte la résistance, à l’écart de tout média qui puisse en faire la publicité, de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refuse non seulement de se battre aux côtés des nazis mais encore de prêter serment à Hitler, ce qui l’empêche de servir, même au sein d’un hôpital. Reconnu coupable de haute trahison, il fut, après des mois d’emprisonnement, condamné à mort. Mais il mourut libre, fidèle à la morale que lui dictait son cœur.

Ainsi peut-on dire que s’acheva aussi la vie de Joseph Roth, sacrifiée mais libre. L’écrivain s’éteint en 1939 des suites d’une attaque. Il était malade et sans ressources, lucide et combattant jusqu’au bout.

La liberté serait-elle vouée à ne s’accomplir que dans la mort ? L’Europe aurait-elle pour dessein d’abîmer ses enfants, de les défigurer, de les tuer ? Certainement pas.

Arrachés à notre réalité urbaine, nous respirons l’air intacte des montagnes de l’Autriche autant que de Terrence Malick et songeons aux Feuillets d’Hypnos de René Char. Comment devient-on résistant ? Comment fortifie-t-on son âme au point de ne pouvoir plus obéir qu’à celle-ci ?

Et si Zeus n’avait enlevé Europe que pour permettre à un frère de trouver Harmonie…

« Je tenais à ces êtres par mille fils confiants dont pas un ne devait se rompre, écrit l’auteur qui vient, protégé par tout un village, d’échapper à une patrouille SS.

J’ai aimé farouchement mes semblables cette journée-là, bien au-delà du sacrifice. »

René Char, Feuillets d’Hypnos, fragment 128

Puissions-nous éprouver, en 2020, ne serait-ce que par instants, ce sentiment de liberté absolue à l’égard du monde qui nous délivre de l’impossible et nous unit les uns aux autres.

Bonne année à tous !

Luc TOUBIANA

Camille Laura VILLET

*« La solution d’urgence, de mon point de vue, est de restaurer un dialogue entre adultes dans cette pièce. »

– Stage –

##nothumbs##

Pablo Picasso, Centaure dansant, fond noir

Chiron, le centaure blessé, guérisseur et pédagogue des héros…

une vidéo à retrouver ici

L’art de la blessure

Stage corporel animé en journée par Gaia Saitta, comédienne, metteur-en-scène et auteur italienne basée à Bruxelles.

de 10h à 17h30

Conférences chaque soir de la semaine de 18h30 à 20h.

Intervenants : Dr Yasmine Liénard, psychiatre et psychothérapeute ; Pr Ariel Cohen, cardiologue ; Christine Lefin, psychologue clinicienne ; Silvia Andreoli, romancière ; Sophie Ronsin, psychologue et journaliste ; Luc Toubiana, ostéopathe ; Guy Caraes, historien

Le programme des conférences est désormais en ligne. N’hésitez pas à le consulter.

Exposition d’œuvres d’art en rapport avec la blessure

Ann-Christine Woehrl, photographe

Œuvres extraites de son travail sur les traces du génocides cambodgien et regroupé sous le titre Shaded Memories. Il fut exposé en 2017 au musée de l’homme à Munich (Museum Fünf Kontinente )  et au Tuol Sleng Genocide Museum à Phnom Penh.

Kyeong-Mee Chung, dessinatrice, graphiste et designer

Dessins récents

Du lundi 10 au vendredi 14 février 2020

Paris, hôpital Rothschild

Informations supplémentaires (horaires, tarifs etc.) sur le site de khôra Imagination

ou bien par mail : info@khora-imagination.fr

ATTENTION

Pour assurer une bonne préparation, les inscriptions au stage corporel sont obligatoires. 

Vous pouvez les effectuer par mail ou par téléphone au 06 17 11 57 60.

Un acompte de 50 euros vous sera demandé pour rendre effective votre inscription.

Possibilité d’échelonner les paiements sur plusieurs mois. N’hésitez surtout pas à nous le demander.

Vous pouvez vous inscrire aux 5 jours de stage ou bien à un seul jour ou plus selon vos disponibilités. Le travail proposé par Gaia Saitta est ouvert à tous. Il n’est pas réservé aux artistes.

– Agenda – 

##nothumbs##

Dionysos barbu menant les Heures, oeuvre romaine d’époque impériale (1er siècle ap. J.-C.),

copie d’une oeuvre néo-attique

Patience d’une âme

Exposition des photographies d’Ann-Christine Woehrl

accompagnée des textes de Camille Laura Villet

Mars 2020, Venise, Italie

Kandinsky et l’intime biologique : failles de l’évidence, herméneutique des formes, idées de la pathologie

par Romain Parent, pharmacien, docteur en virologie, chargé de recherches à l’INSERM en cancérologie et titulaire d’un master 2 de psychanalyse

Samedi 16 mai 2020 à  18h

Paris, Hôpital Rothschild

Introduction à l’art de l’icône

par Vadim Garine, écrivain d’icônes

Premier semestre 2020, date à préciser

Paris

D’autres dates à venir, restez attentifs…

– Ateliers –

##nothumbs##

Naissance d’Athéna (Métis est figurée allégoriquement sous le siège de Zeus),

tripode à figures noires, v. 570-560 av. J.-C., Musée du Louvre

Reprises des goûters mythologiques

autour

Des Couples mythiques

 Samedi 25 avril 2020

de 17h à 19h

Métis et Zeus

 Samedi 30 mai 2020

de 17h à 19h

Athéna et Ulysse

Samedi 27 juin 2020

de 17h à 19h

Iris et Hermès ?

(thème susceptible d’être remplacé)

Les goûters sont animés par Camille Laura Villet, philosophe et psychanalyste.

Ils sont gratuits pour les membres de Khôra et de 12 euros pour les non-adhérents.

Lieu : Place de la Nation, 75011 Paris

Les coordonnées exactes seront communiquées aux inscrits.

 Toutes vos propositions sont les bienvenues.

N’hésitez pas à nous en faire part en nous écrivant à

info@khora-imagination.fr

CEST EN PARTAGEANT NOS ENVIES

QUE NOUS NOUS MAINTENONS EN VIE !

www.khora-imagination.fr

info@khora-imagination.fr

06 17 11 57 60

Articles récents

Prochains évènements

  1. L’art de la blessure

    10 février - 14 février
  2. Les couples mythiques : Métis et Zeus

    25 avril @ 17 h 00 min - 19 h 00 min